Ne lève pas les bras si tu veux toucher le ciel

APPEL RÉSIDENCES INSOLITES

Ne lève pas les bras si tu veux toucher le ciel

Les personnes ayant une pratique soutenue en littérature, arts visuels ou en art performance sont invitées à déposer leur candidature pour la première édition des résidences insolites d’Aragamme qui auront lieu de janvier à mai 2023 dans l’ancien monastère des Sœurs Hospitalières-de-Saint-Joseph.

Des microbourses de 250 à 500 $ sont offertes aux cinq personnes sélectionnées grâce au soutien de la Société de développement communautaire Milton-Parc. Les participant-e-s auront accès aux cabinets de téléphone du couvent pour travailler autour d’un des cinq thèmes proposés, chacun ancré dans l’histoire et l’environnement du site. Leur attribution sera confirmée avec les participan-t-e-s sélectionné-e-s.

  1. Paul-Émile Borduas et l’Empire, un dialogue géohistorique avec les cartes du chalet du Mont-Royal
  2. Sang rouge, terre bleue, ciel vert : décoloniser les couleurs
  3. S’isoler pour produire des connaissances : quelles causes pour quelles conséquences ?
  4. Développer sa carrière ou ériger des murs au jardin des inégalités
  5. R-établir le commun dans une société fragmentée

Le processus de sélection privilégiera les projets dont les approches critiques, descriptives ou expérimentales s’intéressent à la matérialité du monde (social) en tenant compte de sa dimension historique et dont le processus mènera, sans nécessairement s’y restreindre, à une création de forme brève (poésie, nouvelle, chanson, récit, conte) en littérature, de petit format en arts visuels (incluant cinéma) ou d’un geste éclair en performance (incluant musique). Une présentation publique des fruits de la résidence aura lieu en juin 2023 avec les participant-e-s.

Pour participer, nous envoyer dans un document et un seul courriel :

a) Une brève présentation de votre pratique ou trajectoire artistique (5 à 10 lignes max)
b) Le nom de un à trois thèmes qui vous intéressent (écrivez leur no.)
c) Une description de votre intention de départ pour ce projet et en regard de votre thème préféré (5 à 10 lignes max)
d) L’estimation de votre utilisation de l’espace (durée et fréquence approximative / cela pourra évoluer par la suite).
e) Une esquisse de vision de votre présentation publique (2 à 3 lignes max)
f) Deux références appuyant votre candidature (ex. : lien(s), contact(s) lié(s) à une expérience significative, nom(s) de personne(s) (et le motif))
g) Une reproduction (ex. : photo, extrait ou lien) d’une réalisation antérieure
h) Vos coordonnées complètes (nom, adresse, courriel, no. de téléphone)

Envoyez votre dossier complet dans un document et un seul courriel avant le 15 décembre minuit à apostasiecanada@posteo.org

Nous acceptons aussi les envois postaux. Contactez-nous si c’est votre préférence. Les personnes sélectionnées seront contactées au plus tard le 10 janvier.

ARAGAMME est un projet de l’Atelier Mange-Camion

L’Atelier met en œuvre des processus interdisciplinaires et performatifs créant des œuvres inédites où la mémoire dialogue avec la société contemporaine pour y réfléchir et agir au présent dans l’Histoire. Avec poésie et courage, nous empruntons des chemins par où nous ne savons pas afin d’explorer des manières singulières de comprendre et susciter des changements sociaux. mangecamion.art

Le temple fantôme

du 7 mai au 22 juin à la Cité-des-Hospitalières

Fabriquée avec des « livres fantômes », volumes en bois remplaçant jadis les titres empruntés dans une bibliothèque du couvent pour en tenir les rayons, cette sculpture est un temple flottant pour les écrits censurés, honnis et portés à l’état de fantômes par les autorités. Mais on aura beau censurer les livres, la littérature et l’écriture vivent à la frontière du matériel et de l’immatériel : les idées qu’ils contiennent résistent avec esprit. Installée dans l’ancien couvent des Hospitalières dont la construction fût entreprise par Mgr Bourget, un censeur répressif opposé à l’accès public à tous les savoirs, elle réalise un juste retour des choses, posant un regard critique dans l’histoire.

251 av des Pins
https://cdhentransition.ca/


Disparaître

VERNISSAGE le 17 JUIN 2022
artistes invitées : Virginie Beauregard D, poète
& Norman Nawrocki, musicien activiste

Exposition du 16 juin au 23 juillet
par Mathieu Parent et Éliot B. Lafrenière

Et si nous acceptions de disparaître? En dansant l'éternel retour de l'autre, posé-e-s comme des marécages, allié-e-s aux forêts intérieures, non plus broyé-e-s comme l'environnement ou mis-e-s en boîte comme le travail et l'éducation, mais porté-e-s par les battements d'ailes stratifiées de notre espace vital.

à la Maison du développement durable
Du lundi au vendredi
de 8h à 16h
et le samedi 18 et le dimanche 26 juin,
ainsi que les samedis 2, 9 et 23 juillet
de 14h à 17h

50, Sainte-Catherine Ouest, Montréal (Québec)
Métro Place-des-Arts

RECUEIL MUTLIDISCIPLINAIRE

CONCERTO POÉTIQUE ET GRAPHIQUE

 » Attelés au calme de la voûte érigée
Nos doigts se relâchent
ensemble

Cartographes de battements inauguraux
Pour voir l’intérieur orignal
où mourir « 

Un carnet poétique stratifié graphiquement où tout est texte, art visuel, enquête de vision se croisent des poèmes de l’écoumène québécois vu sous l’angle du politique et du surréalisme, la vision écologique de Pierre Dansereau et les visages du papillon boréal Boloria des tourbières. La somme est une fresque (…)

À travers un concerto graphique finement travaillé, le carnet fait place à l’imaginaire entomologique du papillon et dégage une grammaire (iconographique) à partir des figures qu’il portent sur ses ailes, puis remanie les schémas et représentations de l’ouvrage L’envers et l’endroit de Pierre Dansereau (…) Le résultat est une charpente poétique, écologique et sociale en boule-de-flèches, que les auteurs proposent aux lecteur-trice-s d’habiter avec eux.

Une œuvre de Mathieu Parent, Éliot B. Lafrenière et Jean-Benoît Duval

25$ avec livraison au Canada



L’écriture collective, un antidote au nihilisme

Le chant de la ville est celui d’une chute libre et nous regardons la terre tourner comme des monstres

« Voici le sable qui soustrait le temps »

I

Ce recueil contient une sélection de poèmes tirés d’une expérience d’écriture exploratoire et collective d’un journal poétique à quatre auteur·e·s. IIs sont les fruits libres, réfléchis et baveux qui sonde le sens et l’horizon du commun en plongeant dans le présent du monde. 

Dominic Lapointe, Mathieu Parent, Yohann Rose et Julie Sarrazin

17$ incluant livraison au Canarda



Présence dans Inter 137 (la revue)

Que puissent nos corps garder la flamme contre la guerre?
Quand le silence fait demeure.

« Cette minute de silence créait au cœur de nous un vide vivant et vibrant , pour reprendre les mots de Peter Brook (1968). Elle poussait l’ouverture du cercle à la surface de l’expérience, brouillant par moments, du même coup, la démarcation de sa polarité entre intériorité et extériorité, public et scène, dépliant divers liants et conjonctions. L’espace de relations, incluant l’environnement – qui l’incluait de même –, acquérait une stance de mi-lieu : lieu vécu comme s’il ne se suffisait pas à lui-même et où chaque présence s’inscrivait dans un continuum non recommençable. Essayez donc de vous mettre à la place d’une rivière… Cela a singularisé chaque présence, conséquemment l’écoute ainsi que le respect, partagé, accordé à l’expression. La présence publique de chaque protagoniste était accentuée et approfondie. » (…) lire la suite dans la revue Pratique du son, du silence et de l’oralité. Revue Inter, no. 137, Printemps 2021, Éditions Inter : Québec.

Photo : Mathieu Gosselin